Carte de voyages

A la redécouverte des cinq sens

D’ordinaire ce que vous retenez d’un voyage, ce sont les images. Souvent vous les développez, vous les partagez, comme nous sur ce site. Pourtant en Inde, comme le disait un certain facteur explorateur du XXème siècle, “l’essentiel est invisible pour les

Nous sommes partis un peu plus de trois semaines pour visiter une petite partie du Nord de l’Inde. On y allait avec des clichés plein la tête, les photos de Steve McCurry, l’idée d’une spiritualité omniprésente et plurimillénaire, un pays à mi-chemin entre les traditions séculaires et le capitalisme le plus féroce.On partait prévenu contre la pauvreté, la mendicité, le manque d’hygiène. Tout cela est un peu vrai, tout cela est un peu faux. On est revenus de ce pays épuisés, physiquement, mais aussi moralement. Ce voyage nous aura à coup sûr changé à jamais, mais pas forcément de la manière dont on l’imaginait. Et n’est-ce pas là le but ultime du voyage ?

De nos premières étapes dans le Rajasthan tant rêvé, Jaisalmer nous a donné un premier démenti, léger, sur ce que nous cherchions. Le charme des maharajas était là, quelque part, mais inondé parmi mille agressions quotidiennes, difficiles à imaginer pour nous, pauvres petits européens de classe moyenne. Udaipur nous a offert un répit dans le tumulte des villes indiennes, et de magnifiques préparatifs à la fameuse fête d’arrivée du printemps. Holi, la fête des couleurs, nous l’avons vécue à Jaipur, capitale du Rajasthan. L’idée qu’une fête puisse prendre un aspect aussi totalisant et aussi positif (au moins en apparence) fut une expérience indéchiffrable pour nous. Puis vint un indispensable, la visite du Taj Mahal, autre expérience assez particulière dans ce voyage qui n’en a pas manquée. Varanasi fut une surprise totale. Un vrai choc culturel. D’une beauté vraie et triste, indispensable. En somme assez loin de l’expérience carte postale qu’on a voulu nous vendre à Rishikesh par exemple. Notre quête de lieux sacrés nous a ensuite emmenés à Amritsar, La Mecque des sikhs, où se trouve une ville dans la ville, un lieu à part où le capitalisme n’entre pas et où fait place une autre idée des relations sociales. Enfin notre voyage a fini comme il a commencé, à New Dehli, capitale surchargée où s’affrontent tous les dilemmes d’une Inde qui en compte une palanquée

Carnet de bord, 25 mars 2017. Fin de voyage. Les gens qui disent que l’Inde est magnifique ou sont des menteurs, ou se trompent de vocabulaire. Comme j’ai tendance à penser que les gens sont de bonne foi, on partira sur la seconde hypothèse.

L’Inde est un pays assurément incroyable. Mille extrêmes s’y rencontrent et de ces dangereux combustibles presque aucune étincelle ne sort. Des quelques dizaines de castes et de sous-castes de l’hindouisme ne transparaît presque rien à l’oeil occidental, et pourtant la hiérarchie religieuse est présente à chaque instant de la vie sociale. Quels sont les liens entre ces hindous majoritaires et les minorités musulmanes, sikhs, jaïns et même juives et chrétiennes ? Et les bouddhistes ? Comment peut-on différencier un intouchables qui a fait fortune d’un brahmane qui vit dans la misère ?

Incroyable oui...Magnifique non. Il est presque impossible de regarder quelque part sans y voir une trace, parfois légère mais le plus souvent évidente, de misère, saleté, pollution, ruine, décharge sauvage, ...Ce qui est vrai pour la vue l’est aussi pour les autres sens. Le bruit a ses klaxons, recherches de glaires, pets et rots sonores, moteurs en furie de tuk-tuks kamikazes, cris et hurlements en tout genre. Ne parlons pas de l’odorat.

Jaisalmer
Dernière grande ville aux portes du désert et de la frontière pakistanaise, Jaisalmer a été d’un certain point de vue notre première vraie étape indienne. Le Junagarth Fort, cette immense fortesse ocre qui prend d’assaut le reste de la ville, nous a offert tout ce qu’un touriste s’attend de sa visite : un peu plus de tranquillité et d’authenticité, le Rajasthan dans ce qu’il a de plus essentiel.
Jaipur
Jaipur est la ville jaune. C'est dans cette ville qu'on a vécu la fete de Holi
La ville enfumée
New Dehli est la capitale de l'Inde. C'est une entrée à la fois brutale et joyeuse dans un pays contrasté